Le chômage augmente sensiblement en août

La nouvelle ministre du travail Myriam El Khomri peut désormais apprécier la tâche délicate qui vient de lui être confiée. Les statistiques de son ministère et de Pôle emploi sont tombées ce jeudi 24 septembre, les chiffres se sont étoffés de quelque 20 000 demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) en août, soit une hausse de 0,6% sur un mois et 4,6% sur un an.

S’il ne s’agit pas de l’augmentation la plus importante en 2015 – le mois d’avril avait compté 26 200 chômeurs de catégorie A supplémentaire  -, le chiffre fait office de première épine dans le pied pour Myriam El Khomri, désormais en première ligne en cas d’échec du gouvernement dans ses promesses en matière d’emploi.

Les chiffres du chômage viennent de battre de nouveaux records : au total, un peu plus de 3,835 millions de personnes (en incluant l’outre-mer) sont concernés, dont 3 571 600 personnes uniquement pour la métropole. Et si l’on additionne les chômeurs exerçant un temps partiel (catégories B et C), les données ont de quoi faire frémir : environ 5,726 millions de personnes (avec outre-mer) et 5,421 rien que pour l’Hexagone.

Seule et unique catégorie à connaître une baisse, une modeste victoire cette fois-ci : les jeunes de moins de 25 ans. Leur nombre a reculé de 0,1 % en un mois, pour ceux qui sont en catégorie A, mais il a augmenté de 0,4 % entre août 2014 et août 2015.

Le chômage seniors (+ de 50 ans) continue quant à lui de progresser dangereusement (+ 1,4 % en un mois, + 9,4 % en un an), et les personnes inscrites à Pôle emploi depuis au moins un an (catégorie A, B, C) ont augmenté de 0,5% sur un mois et 10,6% en rythme annuel. La durée d’inscription moyenne continue elle aussi de progresser, avec 562 jours en août, soit 30 de plus par rapport au même mois l’année dernière.

Des données à prendre avec des pincettes

Myriam El Khomri précise que les chiffres mois à mois doivent être examinés avec prudence, rappelant que le chômage avait baissé en juillet avant sa stabilisation de juin. « Seule la tendance compte », indique-t-elle dans un communiqué, insistant sur l’évolution du chômage chez les jeunes, qui est à un niveau inférieur que celui début 2013 grâce, selon elle, à la mise en place de dispositif qui ont porté leur fruit, faisant référence aux contrats d’avenir ou autres contrats de génération.

Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques, les premiers chiffres positifs pourraient peut-être arriver à l’automne, avec un taux de chômage qui pourrait tomber à 9,8% fin 2015.

0