Les baisses d’impôt au bénéfice des familles cette année

L’allègement d’impôt annoncé l’an dernier aura finalement concerné 9,45 millions de foyers. Plus de 2 millions de personnes ont ainsi pu économiser plus de 400 euros sur leur feuille d’impôt.

Sur les 9,45 millions de foyers qui ont pu bénéficier du coup de pouce de l’Etat, près de 3 millions se sont retrouvé non-imposables, en évitant d’entrer dans l’impôt ou en sortant. Au total, c’est 450 000 foyers de plus que ce qu’avait estimé le gouvernement, indiquent les données du ministère des Finances ce vendredi 4 septembre.

Une conséquence des mesures fiscales actionnées l’année dernière. En effet, en 2014, en plus de la revalorisation de l’ensemble des seuils d’entrée, le gouvernement supprimait la première tranche à 5,5% en consolidant la décote, une méthode qui alloue la possibilité aux contribuables soumis aux tranches basses du barème d’amoindrir voir de supprimer leur imposition.

De nouvelles dispositions qui auront, selon le ministère, principalement bénéficié aux salariés (31%) et aux retraités (36%), majoritairement des familles. Les données démontent par exemple que sur le million de ménages avec 2,5 parts, soit un couple avec un enfant, le gain moyen se chiffre à 445 euros sur l’année, pour les ménages avec 3 parts (couple avec deux enfants), il est de 484 euros. Dans son communiqué, le ministère précise que la réforme aura donc été une bonne chose pour les familles.

Plus de 400 euros d’économies pour certains

Le total du nombre de foyers ayant pu réaliser une économie jugée importante de (plus de 400 euros) se porte à 2,2 millions, pour 1,2 million, elle s’est située entre 300 et 400, puis 2,23 millions d’autres ont gagné entre 200 et 300 euros et enfin, 2 millions entre 100 et 200 euros. Les 9,45 millions de foyers représentant, au final, plus de la moitié des ménages de l’Hexagone assujettis à l’impôt sur le revenu.

Le média Les Echos estime le nombre de ménage imposable en 2015 sera situé dans une fourchette de 16,5 à 17 millions (45% des foyers fiscaux). L’année dernière, ils étaient 17,6 millions. Si ces prévisions sont justes, cela signifiera que les pouvoirs publics auront atteint leur but, en réduisant la quantité de foyers assujettis à l’impôt sur le revenu pour la ramener à un niveau en vigueur cinq ans auparavant.

0