Une salariée accidentellement surexposée aux rayons X

L’agence de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué ce mercredi qu’une salariée d’Apave Sudeurope avait été accidentellement exposée à des rayonnements ionisants le 31 juillet dernier dans un laboratoire basé à proximité de l’agglomération toulousaine. Cette dernière aurait reçu plus de quatre fois la dose annuelle préconisée.

Défaillance technique

Dans un laboratoire de Colomiers (Haute-Garonne), une salariée a été exposée durant plusieurs minutes aux rayons X émis par un générateur électrique utilisé pour la radiographie industrielle (technique qui permet notamment de repérer les défauts d’une pièce industrielle).

La salariée aurait été exposée à une dose de 82 millisieverts, une quantité trois fois plus élevée que la limite annuelle réglementaire pour une personne évoluant dans un cadre de ce type (20 millisieverts).

Elle serait ainsi rentrée dans la zone où le rayonnement est très élevé (casemate) sans savoir que l’appareil était en train d’émettre des rayons ionisants.

Un système de sécurité stoppe normalement l’émission de rayons X lorsque la porte du casemate s’ouvre, mais une enquête de l’Autorité a révélé que le système de sécurité avait été désactivé peu de temps avant que l’opératrice pénètre dans la zone à risque, en raison d’une défaillance technique.

L’ASN a classé l’évènement au niveau 2 sur une échelle allant de 0 à 7, parlant d’écart règlementaire « grave ».

Gérard Cret, directeur des ressources humaines chez Apave Sudeurope, a précisé que la santé de l’opératrice n’était pas en danger, suite à des examens médicaux effectués ce mercredi.

0