L’Eurogroupe valide un 3e plan d’aide à destination d’Athènes

Un nouveau plan d’aide de 86 milliards d’euros maximum a été accordé à Athènes, à l’issue du dernier Eurogroupe, ce vendredi 14 août. Ces sommes devraient permettre au pays de respirer financièrement, elles s’accompagnent néanmoins de mesures destinées à résoudre le problème de la dette.

Les ministres des Finances de la zone euro, réunis ce vendredi 14 août, ont accordé un troisième plan d’aide à Athènes. Son montant sera de 86 milliards d’euros au maximum.

Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe, s’est félicité de cette entente qui pourra permettre à l’économie grecque d’enfin retrouver un aplomb nécessaire pour une croissance stable sur le long terme. Bien entendu, le pays devra suivre les étapes préconisées – des réformes et des mesures budgétaires -, selon lui, afin de mener à bien le projet.

Ce nouvel accord intervient tout juste deux jours après l’approbation du Parlement grec du plan conclus mardi entre Athènes et ses créanciers : UE, Banque centrale européenne, Mécanisme européen de stabilité et Fonds monétaire international. Après six heures de pourparlers, il prévoit de nouvelles aides pouvant aller jusqu’à 86 milliards d’euros en trois ans.

Solidarité européenne

Le ministre allemand Wolfgang Schäuble, qui était, au départ, peu enclin à la conclusion d’un tel programme, a déclaré qu’il aurait été « irresponsable » de ne pas user de cette carte au bénéfice d’Athènes. « Un bon jour », selon lui.

François Hollande a de son côté parlé d’ « aboutissement » pour Athènes qui a démontré son ambition de retrouver la stabilité, ainsi que d’une preuve de plus de la solidarité dans l’Union qui, selon lui, fait face à ses « responsabilités ».

0