Le prix de l’eau gonfle plus vite que l’inflation en France

Le prix de l’eau aurait augmenté plus rapidement que l’inflation dans 85 % des grandes villes françaises entre 2011 et 2014, selon une enquête réalisée par France Libertés et 60 Millions de consommateurs.

L’eau se fait rare et précieuse partout dans le monde. Une affirmation encore plus vraie dans les villes d’Évreux, Saint-Quentin et Laon, où le mètre cube d’eau coulait pour plus de 5 euros au 1er janvier 2014. Ce qui veut dire que pour un foyer de 4 personnes avec une consommation moyenne estimée à 120 m3 annuellement, la facture s’élèverait à plus de 600 euros pour 365 jours. Une seconde particularité est à noter à Évreux, la ville arrive en tête des villes où l’augmentation du prix au m3 a été la plus forte entre 2011 et 2014, avec un bond de 37% en trois ans.

C’est en tout cas ce qu’affirme la dernière enquête dirigée conjointement par France Libertés et 60 Millions de consommateurs, auprès de 130 grandes villes de l’Hexagone, dans le cadre de l’opération « transparence ».

Selon cette étude, les prix de l’eau auraient progressé de 6,3 % en moyenne depuis 2011. Dans la majorité des villes (85 %), le prix du précieux liquide aurait augmenté plus rapidement que l’inflation, et même deux fois plus que celle-ci dans une ville hexagonale sur deux.

Hausse de TVA

Ces hausses qui s’expliqueraient notamment par l’avancée de la TVA, qui a pris 4.5 % en 3 ans (de 5,5 % à 10 %) au sujet de l’assainissement. Mais également à cause d’ « une stratégie à long terme qui fait défaut » et des décisions politiques locales. Par exemple, la municipalité d’Évreux a construit dernièrement sa propre usine de traitement de l’eau et station d’épuration, renouvelé des branchements en plomb, remplacé de nombreux compteurs et mis en place de la télérelève.

À l’opposé, d’autres agglomérations ont vu une baisse spectaculaire sur leur note d’eau, comme Antibes (06), qui a réussi à diminuer de 56 % le prix du mètre cube entre 2011 et 2014. L’astuce ? La ville des Alpes-Maritimes a fait jouer la concurrence. Sous contrat avec Véolia depuis plus d’un siècle, la mairie a décidé de lancer un appel d’offres qui a permis une remise fort avantageuse avec le fournisseur historique.

Antibes affiche ainsi d’un tarif pratiqué sévèrement rogné, à 1,50 € le mètre cube au 1er janvier 2014. La ville est suivie, dans ce palmarès des villes où le prix de l’eau est plus qu’attractif, par Gap (2,19 euros le mètre cube), Bourg-en-Bresse (2,50 euros) et Avignon (2,72 euros).

source

0