Augmentation historique de la part des CDD sur le marché de l’embauche

D’après une étude de la Dares, la part des CDD sur le marché du travail aurait sérieusement pris l’ascendant sur celle des CDI et des autres types de contrat d’embauche. Avec 84,2 %, le chiffre a atteint un sommet historique.

1221952_51477459

Frilosité des employeurs

 

D’après les résultats de l’enquête effectuée par l’organe statistique du ministère du Travail publiés ce vendredi 21 novembre, 84,2 % des embauches au second trimestre 2014 auraient été effectuées par l’intermédiaire d’un contrat à durée déterminée (CDD).

Ce chiffre, qui ne cesse de croître depuis la mi-2011, n’a rien d’étonnant, il retranscrit la frilosité des employeurs vis-à-vis de l’embauche. Pour cause : le CDI est un contrat verrouillé qui surprotège les salariés et exclut donc les erreurs de castings.

Des nuances sont à observer, les embauches en CDD sur le dernier trimestre diminuent notamment dans la construction (-1,0 point), stagnent dans le tertiaire (-0,1 point) et bondissent dans l’industrie (+1,4 point). Tandis que sur l’année, tous les secteurs sont concernées par une hausse (+2,4 points pour l’industrie, +1,6 point pour la construction et +1,1 point pour les services).

Pourtant, l’Accord National Interprofessionnel (ANI) de 2013 devait permettre, par l’intermédiaire d’une augmentation des cotisations patronales en cas d’embauche en CDD, de réduire le nombre de ces contrats à durée déterminée, mais au final seuls ceux de très courtes durées se sont retrouvés concernés. François Hollande en personne s’était mobilisé dans la lutte contre l’augmentation du nombre de CDD en début de mandat, mais manifestement aucune mesure entreprise n’a pu encourager une recrudescence des CDI.

Historiquement, l’étude de la Dares révèle que le taux de CDD dans les embauches en France a atteint un sommet inégalé à ce jour. En 2008 par exemple, lors de la crise financière, la quantité de CDD signés ne pesait qu’à hauteur de 70 % sur le marché des embauches.

source

0