Hausse de la taxe sur le diesel : la solution est-elle électrique ?

Le ministre du Budget Michel Sapin a annoncé mercredi 1 octobre que la taxe sur le diesel sera augmentée de deux centimes par litre. Cette décision, qui entre dans le cadre du projet de loi de finances pour 2015, devrait rapporter 800 millions d’euros à l’État. Bien évidemment, les dépenses des automobilistes vont augmenter. À ce propos, Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie et du Développement durable, leur a suggéré de changer de véhicules. 20Minutes les a interrogé, qu’en pensent-ils ?

voiture-electrique-renault-2

Le prix reste un facteur bloquant

 

Le prix d’acquisition d’un véhicule électrique est handicapant. Pour Alain par exemple, retraité sans gros revenus, « elles sont beaucoup trop chères ! » Un autre internaute interrogé, Micolasol, affirme de son côté qu’il a décidé de changer son véhicule diesel pour acquérir un véhicule hybride, car « le prix de révision et de réparation est moins cher pour un hybride. Quand tu vas au garage avec ta voiture diesel, tu sais déjà que tu vas y laisser un bras.»

Pour Adrien, le temps passé a recharger un véhicule électrique est encore beaucoup trop long en comparaison à un véhicule classique, « en moyenne, un plein te prend cinq minutes maximum. Pour recharger la batterie d’une voiture électrique, tu en as pour 12h-14h. Et avec une autonomie de 150 kilomètres en moyenne. Sans compter que la batterie de ces voitures coûte cher, une voiture peut afficher une perte de 20 % d’autonomie au bout de cinq ans.» Sans compter que trouver une borne de recharge est difficile pour une personne qui habite loin des grandes agglomérations. « Si vous habitez à 50 km d’une grande agglomération, faire l’aller-retour n’est pas possible. Donc je préfère garder ma voiture diesel et payer plus cher », affirme Nicole.

En conclusion, même si beaucoup d’internautes interrogés semblent avoir pris conscience de l’enjeu environnemental que peut représenter l’électrique, ils s’accordent à peu près tous sur le problème principal rencontré, le coût de l’achat d’un véhicule propre. Michel conclut :« À cause de nos moyens financiers, on joue le jeu de l’État ».

source

0